Le Hobbit & la Bataille des 5 Armées

Cet article est labellisé H for Honest et S for Spoilers (GROS SPOILERS). Il était une fois une trilogie réalisée par Peter Jackson, dont le dernier opus « La Bataille des 5 Armées » est sorti hier. Il était une fois une fan déçue par un des films se déroulant dans la Terre du Milieu

La Bataille pour que je reste voir le film

Faire une trilogie adaptée d’un petit bouquin comme le Hobbit… c’était un pari. Trop risqué. Car la lourdeur et l’étirement de scènes ridicules ou inutiles se succèdent dans les trois films. 3 x 2h45 et quelques… Le 1 posait l’ambiance : okay, pourquoi pas. Le 2, seul les moments avec Smaug étaient à couper le souffle. Le 3… et bien il n’y a pas grand-chose à sauver dans le 3. Mais puisque je suis sympa, je vais vous les énumérer. Vous en faites pas c’est pas long.

– La scène avec le Conseil Blanc & les fantômes des 9 humains (futurs Nazguls, ouh yeah !) et c’est là qu’on se rend compte que Galadriel est quand même super badass, même si elle tire une tronche à faire fuir un zombie. Avec une scène digne d’un enterrement d’épileptique où on est en mode Sauron-Dubstep, cette petite séquence de combat avec Elrond (petitpatapon) / Galad’ qui tient Gandalf / Saroumane est vraiment sympa ! A la fin Saroumane en mode « laisse, nan mais c’est bon moi j’vais y’aller voir Sauron tu vas voir » MOUAIS MOUAIS MOUAIS tu nous cacherais pas des trucs toi par hasard ?

– Les 3 acteurs qui valent le coup : Martin Freeman et son nez digne de Ma Sorcière Bien-Aimée, le fabuleux Ian McKellen et le somptueux Lee Pace pour son Thranduil très juste. Le reste… on y vient.

– Le début avec Smaug qui crame tout. La silhouette du dragon se découpant dans les airs, son air suffisant, sa carrure incroyable, son… Wait. Quoi c’est déjà fini ? MAIS POURQUOI Peter Jackson ? Tu nous avais donné l’eau à la bouche pendant tous le 2ème film ; j’ai vraiment l’impression de pas avoir vu assez Smaug dans le 2 ; on a un cliffangher de la taille d’une foutue Montagne Solitaire à la fin du 2, mais sinon à part ça, tu nous met 10 min de Smaug qui se fait laminer par un pseudo-Aragorn, et après bam le titre.

Toujours beaucoup de nains dans ce nouveau volet du Hobbit

Fuckin’ Alfrid

Allez c’est parti, je suis bien lancée là. Donc revenons sur Smaug. C’est le gros plot du film, le gros méchant ; Le terrible dragon qui menace la ville de Dale, qu’il fume en deux temps-trois mouvements. Le pseudo-Aragorn, là, il va sur la plus haute tour du village (qui ne s’est pas fait cramer, comme par magie) et lance, mine de rien, sa flèche noire qui fait la taille d’un javelotdans le seul trou de la carcasse de Smaug. Bon, well done okay, tu l’as buté. Maintenant quoi ? Ok Smaug est mort. 2 secondes où tu vois le Dragon en train de tourner sec et de tomber. ALLEZ SALUT. Ce sera tout pour moi, merci ! Le film s’arrête là !

Bon comme j’ai payé 10 € la place, je reste. Je reste juste pour voir un énergumène du nom d’Alfrid me gâcher mon film.

Ce mec là, c’est la plus grande plaie de l’histoire de l’humanité. Il est apparemment l’élément comique. Ah oui, mort de rire le fait qu’il est con, violent, lâche, avide, doté d’un immonde mono-sourcil. Une scène entière du film avec les habitants de Dale en mode SDF : lui il pète les roubignoles à tout le monde, mais NAN le pseudo-Aragorn (va falloir vous y faire) il est gentil, il le tue pas, il le punit pas, alors que c’est quand même un gros enfoiré. Du coup, on se le farcit durant tout le film. Pourquoi ? Pour rien. Nada. Juste le plaisir d’avoir envie d’aller physiquement dans la pellicule et de le baffer.

Thorin = Picsou

Admettons, Smaug est mort. Les Orcs vont débarquer, les Nains sont retranchés et Thorin pète un boulon en mode folie des grandeurs. Bilbo Actor’s Studio possède l’anneau unique + l’Arkenstone. Pas mal pour un Hobbit ! Des scènes longues de Thorin avec une simili-voix de dragon qui dit trèèès lentement « not…. one…. piece….of…it ». Okay, je viens de m’enfiler 3 thés et 2 bouquins, t’as fini tes menaces ? Sinon le moment où Thorin se remet en question dans la grande salle avec l’or coulé à ses pieds. Déjà merci Peter d’avoir repris les mêmes infographistes que dans le 2, l’or est tout simplement dégueulasse en CG mais bon, 3 films en 3 ans c’est toi qui vois vieux. Au lieu de se faire un bad trip (t’en as trop pris gros), pourquoi pas faire regarder Thorin dans l’or et au lieu de voir son reflet, voir le Dragon dire « you’re like me now » et là, pris de peur, Thorin jette sa couronne à terre, ça y est j’ai compris, revenez les copains ?

Thorin devient fou dans le Hobbit

Coup de boule & pierres qui tombent

Les combats sont assez bien réalisées, mais ça ne m’a pas donné le frisson que j’ai eu dans les Seigneurs des Anneaux. Ils n’avaient pas la grandeur d’un Gouffre de Helm ou d’un Minas Thirith. Je sais que c’est un film tout public, mais là ils prennent un peu les spectateurs pour des idiots : les chorégraphies des différents acteurs qui découpent des orcs en 3 minutes chrono (alors qu’ils ont des bonnes armures quand même), pas de sang qui coule, ils ne sont pas amochés… Heureusement qu’il y en a quelques-uns qui meurent quand même ! Et Dain il a une caboche en acier trempé pour mettre des coups de boule à des orcs  et qu’ils crèvent instantanément ?

Maintenant, je vais aborder le sujet Legolas, ou devrais-je plutôt dire Lego-Badass. On avait pressenti que dans le 1 & 2 il avait des scènes bien à lui. Normal, on paye Orlando Bloom pour qu’il revienne et en plus on l’ajoute à l’histoire initiale : faut bien qu’il serve à quelque chose ! Oui mais là c’est too much. Ok, il descend en piqué grâce à une chauve-souris géante pour atterrir parfaitement sur une tourelle. Ok, il descend en piqué pour atterrir droit sur le troll. Ok, maintenant il le manage à la Kratos pour le faire avancer. Il lui fait défoncer une tour. Qui atterrit (elle aussi) parfaitement de manière à faire un… pont ? Pour aller sauver son crush des griffes de l’orc. Mais ce n’est pas fini !  Le pont s’effondre et Legolas marche sur les pierres qui tombent. Oui.

Peter : « On va lui faire marcher sur des pierres en train de tomber. »
Un autre mec : « Mais Mr. Jackson, c’est un peu irréaliste non ? »
Peter : « Mais on s’en fout ! C’est un elfe ! On lui a déjà fait marcher sur la neige non ? AHAH »
L’autre mec : « Nan mais là c’est pas de la neige… j’veux dire les pierres, elles, elles tombent quoi… c’est juste impossible »
Peter : « Arrête, les fans du Seigneur des Anneaux ils adorent voir Legolas faire des trucs de malade alors que Tolkien l’a jamais écrit, ils adorent voir Legolas marcher sur l’air, sur des tonneaux ou sur de la neige. Elle est bonne ! Coupez ! »

Parce que quand une salle de cinéma rigole à l’unisson lors d’une séquence comme celle-là, tu sais qu’il y a un truc qui cloche. Que dire d’autre… ah oui, quand Thorin & Azog se battent sur de la glace. A un moment, Thorin réussit à balancer Azog à la flotte et le regarde passer en modecadavre sous la glace. Comme on s’y attendait, Azog ouvre les yeux d’un coup, plante son couteau dans le pied à Thorin, qui s’immobilise de douleur. Et là, Azog se propulse de l’eau glacée pour retomber sur la glace. Sur quoi il s’appuie ? Comment il fait ? C’est un dauphin en fait ?

Gandalf toujours avec le Hobbit

Tauriel, vers de terre & Aigles

On nous donne du suspense pour que dalle dans ce film. A un moment on nous fait flipper avec « les mange-terre » je me dis c’est quoic’estquoi ça a l’air dégueu ! En fait ce sont des vers de terre géants qui font des trous béants. C’est bien pratique. Mais je vous laisse faire un petit test. Les mange-terre vont être utilisés pour :

1 / Faire des trous géants dans la Montagne Solitaire de sorte à ce que les orcs puissent débarquer rapidos
2/ Faire des trous géants dans la terre pour que des orcs sortent, et c’est tout
3/ Faire des trous géant dans la terre en mangeant au passage des nains / des elfes / des hommes

Devinez la réponse. (c’est la 2). Seriously ? Et puis quand j’ai vu débarquer les aigles… « Les Aigles. Toujours présents à la fin des combats, quand ça ne sert plus à rien. Jamais là pour se taper les 10 000 km qui séparent la Comté du Mordor. » serait un bon slogan pour ces grosses feignasses. Parlons enfin de l’amourette entre Tauriel & Kili. Après s’être fait lamentablement tuer au combat par un Orc des plus coriaces (le mec a une tête de mort sur son slip, tu m’étonnes), Tauriel se morfond auprès de Daddy Thranduil : « Why this is hurt so mmuuuuuch » (en parlant de l’amour) « take it away » MEUF, l’amour, on peut pas te l’enlever comme ça. Bonjour on est en maternelle. En parlant de ça, les enfants du pseudo-Aragorn qui n’arrêtent pas de gueuler tout-le-long-du-film : DAAAA DAAA (pour « Dad ») parce que ce sont des petits incompétents qui ne servent à rien sauf se baisser quand ils vont raisonnablement se prendre une brouette sur la tronche.

Conclusion !

Mais je vous ai gardé le meilleur pour la fin. Parce que l’objet magique et extrêmement rare autre que l’anneau, c’est l’Arkenstone. Ce que veut Thorin depuis le départ, ce qui le ronge, ce qui, finalement, déclare la guerre ! On voit l’ersatz d’Aragorn le sortir en mode « Bilbo me l’a donné pour que je te le mette sous le nez et que t’arrêtes les conneries Thorin » et après, on ne VERRA PLUS L’ARKENSTONE DU FILM. On ne sait pas où il est, s’il est dans la poche de Jack Sparrow, si c’est Thorin qui l’a… En fait voilà, les scénaristes nous ont saoûlé avec cet artefact surpuissant pour qu’on l’oublie à la fin. Nan, mais c’est sûr c’est mieux de faire une scène de 5min avec Gandalf qui essaie d’allumer sa pipe.

La plupart des acteurs jouent comme des pieds. Les effets spéciaux sont nuls : du flou partout, quelques randonnées à pied, des bastons très propres, de l’or horrible, et j’en passe. La réalisation est mal foutue, bancale, incohérente, remplie de séquences inutiles et loooonggues dont on se passerait volontiers. Ce film n’a strictement rien à voir avec la magie, le merveilleux, la poésie brute que nous offrait la trilogie LOTR. Peter tu m’as tellement déçue… Heureusement qu’il y a Thranduil & Gandalf pour sauver la mise. Des sursauts trop courts d’humour, pas de subtilité, des cascades grotesques, un film sans âme. Adieu le Hobbit… et bon vent.